Nous sommes à Manille depuis deux jours et nous n’avons toujours pas établi d’itinéraire… non mais quels cons!

Une chose sur laquelle nous nous entendons et que nous ne voulons pas passer à coté : La cordillère des Philippines avec ses montagnes à perte de vue et ses rizières en terrasses que certains se plaisent à appeler la 8e merveille du monde.

Alors à peine remis du décollage horaire on part!

Le seul moyen de s’y rendre : un bus de nuit d’une durée de 9h… si bébé a bien géré le vol de 14h, on devrait bien s’en sortir, non? Lui peut-être mais nous?

NON!! Non et absolument non!!

Un autobus que la compagnie ose appeler « de luxe » qui est en fait une vieille patente à quatre roues, contenant des sièges super-étroits et à peine inclinables. Pour le luxe, on repassera!

Résultat bébé dort, mais papa et maman eux : NON!! Non et absolument non!!

Maux de dos, bras engourdis et jambes enflées, bonjour! Sans compter le stress de réveiller tout le monde à chaque fois que bébé se réveille… par chance, il se rendort facilement!

6h du matin, nous arrivons finalement à Banaue, crevés plus que jamais, mais avec un bébé « top shape » qui lui, ne veut pas dormir!

Faut croire que nous dormirons une autre fois…

De toute façon, notre hôtel (comme tous les autres ici) laisse plutôt à désirer. Par chance, Banaue est une ville charmante entourée de montagnes où il fait bon de s’y promener. L’air est bon et les paysages sont ravissants!

Dès le lendemain, nous partons en expédition pour Batad, petit village au milieu des magnifiques rizières en terrasses.

Pour se rendre, nous devons prendre un Jeepney (un genre de jeep avec une rallonge pour embarquer plus de monde, qui fonctionne avec un genre de moteur à tondeuse, du moins il est tout aussi bruyant et puant). Pas nécessairement ce qui est de « best » avec bébé, mais pas le choix, il n’y a que ça…

La route surplombe les montagnes et les rizières qui sont tout simplement grandioses.

Après une heure de route, tout le monde débarque!

On nous guide à travers les sentiers qui nous mènent jusqu’aux rizières, sous un soleil plombant.

Nous traversons les rizières, nous montons dans les rizières, nous escaladons les rizières!

Hey wow minute! J’ai un bébé avec moé là!

Mais que cé ça! Comment ça on ne m’avait pas averti que les sentiers étaient aussi périlleux?

Avec bébé en portage, je dois donc me tenir en équilibre sur des petits muraux pour ne pas tomber soit dans l’eau, soit dans le vide, ou encore, je dois grimper sur des rochers apiques et surtout ne pas dégringoler.

Au risque de me répéter : Comment ça on ne m’avait pas averti que les sentiers étaient aussi périlleux? Ciboire!!

J’ai un brin peur, un brin stressé… J’en « shake »!

Une chance qu’il y a eu cette fois où je me suis testée, alors je me répète sans cesse : Awaille la grande t’es capable!

Un des gars dans notre groupe est en gougounes… décidément, lorsque l’on « booke » ce trip, il devrait mentionner : Apporte de l’eau, porte de bonnes chaussures et surtout, n’apporte pas ton bébé!

Le trip fini, on retourne enfin au bercail.

Est-ce que je regrette ce trip? Non car la beauté du paysage en valait vraiment le coup, mais une chance que j’étais dans l’ignorance, car jamais je ne me serais lancée.

Demain, nous entreprendrons un petit trajet de 3h pour Sagada. Seulement 3h, après tout ce que nous avons endurés jusqu’à maintenant, y’a rien là, que je me dis!

Rien là, vraiment?

NON!! Non et absolument non!

La pire route de tous les temps! Remplie de courbes, de bosses et de nids de poule, à m’en donner mal au coeur et à faire virer fou notre petit loup. Que tous ceux qui ont déjà chialé contre les routes du Québec ravalent leurs paroles! Parce qu’ici, c’est pire que pire!

Mon cœur de tite mère a mal!

Finalement après trois heures de route infernale, on arrive enfin! Aussitôt sortis du véhicule, notre tit loup cesse ses pleurs et souris à tous les passagers! Fiou, il n’est pas brisé!

Sagada est connue pour ses montagnes et ses grottes, mais surtout pour les cercueils que jadis on empilait devant les dites grottes, pour des raisons méconnues (nous avons eu autant de raisons que de gens à qui nous l’avons demandé).

Papa, spéléologue de nature, en profite pour visiter une énorme grotte.

Pour moi, il s’agit d’une ville quelconque, sans grand intérêt, mais qui me sert d’escale pour revenir tranquillement vers Manille.

Car est-ce que j’ai envie de me retaper toute cette route d’un coup?

NON!! Non et absolument non!